trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Division 2
D2 - Retour sur une saison pas ordinaire
 
Malgr une fin de saison prmature notre spcialiste de la Division 2 nous fait un petit bilan sur ce qui s'est jou avec de potentielles perspectives sur l'avenir sachant que bon nombre de clubs ne savent pas s'ils vont pouvoir relever la tte ou disparaitre...
 
Media Sports Loisirs - Hockey Hebdo, Hockey Hebdo La Rdaction / Patrick Poitrineau le 20/04/2020 12:13
Inutile d'attendre plus longtemps, nous savons depuis plus de 15 jours que le championnat ne reprendra pas et nous pouvons dès lors porter un bilan sur une saison très très particulière. Si l'on devait faire un classement des tops et des flops, nul doute que le flop n°1 serait cette fin de championnat qui a tourné en eau de boudin sans que personne n'en soit responsable. Plus précisément elle a fini sur une impasse suite à la pandémie mondiale dont nous subissons tous les contraintes et les conséquences.
 
Alors bien sûr nous devons devant l'ampleur du phénomène relativiser notre frustration mais néanmoins cette édition  a été jusqu'aux portes des demi-finales et elle permet de tirer un bilan, certes un tantinet tronqué, mais qui a quand même sa pertinence. Nous procèderons comme les saisons précédentes club par club en commençant par ceux qui constituaient la poule de relégation et par ordre d'un classement qui restera à jamais provisoire.
 
En conclusion nous nous poserons la question des solutions envisagés par la FFHG pour la promotion et la descente de clubs de cette D2.
 
 
Poule de Maintien :

Strasbourg II : Comme hélas depuis pas mal de saisons cette équipe est une habituée de la poule de maintien. Mais cette fois, avec la rétrogradation de son équipe 1 en D1 et qui du coup sollicite ses jeunes les plus talentueux, la réserve de Strasbourg a peiné à faire la maille aussi bien qualitativement que quantitativement. Après une saison régulière catastrophique, elle était donc plutôt mal embarquée pour assurer son maintien. C'est d'ailleurs dans cette 2ème phase qu'elle a connu sa première et seule victoire. Les circonstances liées au covid 19 vont probablement leur permettre de se maintenir mais qu'en sera-t-il de la prochaine saison ?
 
Châlons-en-Champagne : Cette équipe qui fut la surprise de la D2 lors sa première saison à ce niveau n'a su s'adapter à l'évolution de cette division pour des raisons sur lesquelles il va falloir se pencher lors de cette intersaison. Les Gaulois étaient donc en fort mauvaise posture  au moment où la FFHG a interrompu le championnat. Maintenant qu'officiellement et définitivement arrêté, ils savent donc qu'ils gardent leur place en D2. Seront-ils faire les efforts nécessaires pour s'assurer une prochaine saison plus tranquille ? ***
 
Colmar : Cette équipe qui a connu des bas mais aussi des hauts qui laissaient espérer les play offs est malheureusement retombée dans ses travers de début de saison. Alors que l'on pensait que les Titans avaient à priori le potentiel pour dominer cette poule (des 4 équipes, elle était celle qui comptait largement le plus de victoires en saison régulière), ils se retrouvaient au moment de l'interruption du championnat au même niveau que les 2 équipes précédentes. La fin impromptue du championnat leur ôte donc le souci du maintien mais il faudra indiscutablement résoudre ces ''sautes d'humeur'' et savoir être plus régulier.
 
Courbevoie : Derniers de leur poule lors de la saison régulière, les Coqs se sont réveillés au bon moment puisqu'ils alignaient que des victoires dans cette poule de maintien. Cela les assurait d'un maintien qui n'avait nul besoin des aléas dramatiques de la pandémie virale. Pour autant il va falloir tirer les leçons de ce retour en D2 car la saison fut quand même bien décevante pour un club certainement en restructuration et, certes promu, mais qui évoluait encore il n'y a pas si longtemps en D1.
 


 
Poule des Play offs :

Equipes des Play offs : Il y a un peu 3 sortes d'équipes ; celles dont les résultats en play offs sont plutôt conformes à ce qu'ils ont pu nous montrer en saison régulière ; celles qui ont plutôt du mal à gérer la pression engendrée par le passage à une formule de championnat couperet et puis celles qui au contraire sont transcendées par cette pression et basculent dans une autre dimension.
 

 
Les éliminés des 8èmes de Finale :
Valenciennes : Au prix d'une fin de saison régulière l'équipe nordiste a su se mettre à l'abri d'une fin de saison délicate. Mais il était difficilement envisageable de s'imposer face au leader de la poule sud. Esprit libéré des soucis de maintien, on pouvait espérer une meilleure résistance face à Morzine mais il semble que les Diables Rouges manquent peut-être encore de  feu pour se surpasser face à plus fort qu'eux.  A voir la saison prochaine si nos valenciennois sauront être un peu plus que des diablotins.
 
Wasquehal : Autre équipe nordiste qui aura connu un court mais cinglant passage à vide en saison régulière avec des scores négatifs à donner le vertige. Mais, bon point, l'effectif a su réagir. Certainement qu'une explication ou tout au moins un remède assez efficace aura été trouvé. Cela n'aura pas permis de franchir le 1er tour mais au moins donné une opposition à la hauteur face au 2ème de la poule sud (2 défaites sèche mais d'1 but à chaque fois dont une prolongation). C'est encourageant pour l'avenir et tendrait à prouver que les différences de niveau constaté entre les 2 groupes se sont quelque peu estompées.
 
Vaujany : Sauvant leur place en play offs sur la dernière journée de la phase régulière, les Grizzlys se sont immanquablement confrontés au leader de la poule nord. Ces jeunes espoirs auront fait plutôt bonne figure. S'inclinant en 2 manches sèches, ils auront quand même donné du fil à tordre avant de céder. On sait que les performances de cette équipe sont tributaire des jeunes espoirs alignés suivant leurs disponibilités entre 2 voir 3 équipes, junior élite, seniors Grenoble ou Vaujany, sans compter l'équipe de France U20 ou U18. Il en sera probablement de même la saison prochaine. Mais voir jouer Vaujany c'est  découvrir souvent des grands talents en devenir.
   
Rouen II : C'est la même chose et le même constat pour ces jeunes Dragons que l'équipe précédente, là aussi il y a de grands talents en devenir. Ils n'ont également pas su passer ce 1er tour malgré l'avantage du match retour à la maison. Ils auront été au moins jusqu'au match d'appui mais certainement l'expérience aura manqué face à une équipe dont le ''savoir-faire'' lors des matchs couperets est indéniable.
 
Valence : Troisièmes de la poule sud et ayant l'avantage du match retour à la maison, les Lynx sortent frustrés de leur saison. Si l'équipe a su prendre logiquement, mais difficilement, leur revanche le samedi suivant leur défaite du match aller en banlieue parisienne, elle est complètement passée au travers du match d'appui pourtant devant ses partisans.  C'est dommage car jusque-là les valentinois avaient fait leur meilleure saison régulière depuis bien longtemps. Trop sûre d'eux ? Décompression ou motivation pas assez partagée ? Il est certain qu'il va falloir en tirer les leçons mais cela n'enlève pas le fait que l'on a retrouvé une équipe drômoise difficile à manœuvrer et qui doit pouvoir démontrer la saison prochaine qu'elle peut être une équipe de play offs.
 
Amnéville : Les Red Dogs ont souvent été une des équipes de la poule nord qui s'en tirait le mieux dans les phases de play offs. Son classement assez modeste en saison régulière ne lui donnait pas l'avantage du terrain. Pourtant et malgré leur défaite à la maison, les amnevillois ont réussi à s'imposer lors du match retour sur la glace de Méribel, fidèles en cela à leur aptitude à surprendre à l'extérieur. Les bouquetins ne se feront pas surprendre 2 fois mais la performance n'est pas négligeable pour un club qui a un cœur plus gros que les moyens dont il dispose.
 
Parie (FV) : Une belle 3ème place en phase régulière qui laissait augurer de play offs intéressants. Malheureusement les Français Volants n'ont pas su écarter l'obstacle toulousain avec une première défaite en terre adverse. Leur victoire incontestable au match retour aura été trompeuse et les parisiens n'auront pas su enfiler le bleu de chauffe pour confirmer le lendemain. Il va donc falloir être aussi une équipe de ''coupe'' la saison prochaine pour gérer aussi ces matchs à élimination qui sont la caractéristique des play offs.
 
Meudon : Plus que leurs voisins parisiens, c'est la grande désillusion pour des Comètes que l'on voyait au firmament. Ils en avaient les arguments, à commencer par une attaque flamboyante, la meilleure de la division après Epinal et également une défense au diapason. On retrouvera cet esprit offensif face à Annecy lors du match 2 ... et puis c'est tout. Car dans un hockey de bataille de tranchées, Annecy se sera montré plus fort en l'emportant chez lui d'abord et surtout lors du match d'appui à Meudon. Les franciliens auront réussi le tour de force d'avoir marqué plus de buts que les savoyards lors des 3 rencontres et pour autant se faire éliminer. A méditer pour l'avenir : un tour des play offs ne se gagne pas au goal average. On ne doute pas que la leçon portera ses fruits pour l'année prochaine car le club ne cache pas de grandes ambitions.
 
 
Les éliminés des quarts de finale :

Courchevel-Méribel-Pralognan : Les Bouquetins n'ont pas été tout à fait aussi performants que la saison dernière lors de la phase régulière. Cela les a contraint à rencontrer le leader de la poule A dès le second tour. Battus chez eux, la belle résistance à Epinal ne leur a pas permis de pousser les spinaliens au match d'appui. Le bilan est donc un peu mitigé. Fournie par de nombreux jeunes formés dans les différents clubs alpins qui excellent dans la formation, on ne se fait guère de souci pour que l'entente alpine continue à avoir de beaux jours en D2, même si à priori les dirigeants mettent en veilleuse les ambitions de retour en D1.
 
Toulouse-Blagnac : Les blagnaco-toulousains n'ont pas réussi cette saison à intégrer le top 4 de leur poule. Cela ne les a pas empêché de passer le 1er tour au prix d'une belle performance face aux Français Volants. Mais comme l'an dernier, ils n'ont pu dépasser le stade des quarts de finale face à une équipe de Villard performante cette saison même s'ils ont su proposer une belle résistance. Donc un bilan à première vue assez semblable à 2018/19. Pourtant si on regarde un peu mieux les Bélougas ont plus souffert cette année en saison régulière. Ils n'ont jamais pu prétendre au top 3 alors qu'ils en étaient si proche la saison dernière après avoir flirter longtemps avec les premières places. En fait leur plus grand fait d'arme aura été ces quarts de finale. Espérons pour la capitale de l’Occitanie qu'elle saura à nouveau porter haut les couleurs d'une région la moins pourvue dans cette discipline.
 
Evry-Viry : Nous avions vu lors du bilan de la saison régulière que les essonniens  ont été bien loin de reproduire la même saison que la précédente (n°1 de la poule A avec 10 points d'avance). Et pourtant cette saison 2018/19 avait laissé un bien mauvais souvenir avec une élimination surprise dès le premier tour. Il faut croire que cela a porté leçon car nos franciliens auront abordé ces 8èmes de finale avec envie et sans complexe. Bien leur en a pris puisque cette fois se sont bien eux qui ont créé la surprise. Alors certes l'aventure n'a pas dépassé le stade des quarts mais la frustration ne peut être la même que l'an dernier et on devrait revoir une belle équipe d'Evry-Viry la saison prochaine.
 
Morzine-Avoriaz : Par rapport à l'équipe précédente en 2018/19 (Evry-Viry) les Pingouins, leader de la poule B, ont au moins passé un tour. Mais la frustration doit être semblable. Quand on a autant dominé la saison régulière et que l'on ne cache pas ses ambitions de montée, cette élimination prématurée est forcément un cuisant constat d'échec qui en ferait oublier cette belle première phase. Les objectifs d'accession en D1 sont, sauf surprise d'intersaison, remisés à plus tard mais il faudra bien évidement analyser les raisons de cette déconvenue. Autre point commun qu'Evry-Viry, ils auront eu le même bourreau : Roanne.
 
 
Les qualifiés pour les demi-finales :
Roanne : Après un bon départ nos Renards ligériens sont assez vite rentrés dans le rang lors de la saison régulière, au point même que l'on a pu craindre pour leur qualification en play offs. Mais quelques belles performances leur ont permis d'assurer leur présence en seconde phase à une 5ème place certes mieux que la saison précédente. Pour autant cela ne leur offrent toujours pas l'avantage du terrain pour le match 2 et d'appui. Mais il semble que les roannais en ont cure de ce genre de détail puisque, avant l'arrêt prématuré du championnat, ils ont réussi comme l'an dernier à se hisser en demi-finale en déjouant les pronostics en passant sur le corps de la réserve de Rouen - en 3 manches - et surtout sur celui d'un des favoris du championnat et qui plus est en seulement 2 rencontres. Malheureusement pour eux, ils n'auront pas l'occasion de tenter de faire mieux qu'en 2018/19 même si incontestablement on peut dire qu'ils ont réussi leur saison. Cette constance en play offs leur ouvrira-t-il de nouvelles perspectives ?
 
Annecy : Plutôt que réussir on pourrait plutôt dire que les Chevaliers du Lac ont brillamment sauvé leur saison car il ne faut pas se cacher ; ils ont eu un terrible passage à vide en milieu de saison régulière (7 défaites de rang) qui a fait craindre le pire. Bien qu'un peu en peine face aux cadors de leur groupe en fin de saison régulière, l'équipe semblait néanmoins commencer à trouver une certaine assise. Cela se confirma de façon éclatante face à une équipe de Meudon dotée d'une attaque pouvant leur permettre de tutoyer les étoiles ; ce qu'elle réussira à faire lors du match 2. Mais plus que l'épée nos savoyards surent mettre les boucliers à leur défense et ont su ainsi faire la différence pour prendre par 2 fois le dessus. Ce fut plus simple en quart face à une autre équipe francilienne puisque 2 manches suffirent pour s'ouvrir les portes des demi-finales, comme en 2018/19. Qu'elles sont les ambitions à l'avenir ? Difficile à deviner vraiment mais il est sûr qu'il faudra comprendre ces quasi 2 mois de flottement  complet en première phase.
 
Villard-de-Lans : Les Ours ont fait longtemps les beaux jours du hockey français jusqu'en élite avec de mémorables derbys face à leurs voisins grenoblois. Mais incontestablement depuis leur retrait de l’élite, ils étaient rentrés dans le rang et surtout le ventre mou de la D2. Le début de championnat ne fut pas transcendant et on a presque envie de dire la suite non plus. Effectivement Villard-de-Lans ne donne pas dans la démesure dans les scores mais l'équipe fait preuve d'une belle régularité et, les victoires s'enchaînant, la voilà portée enfin de compte à une très disputée place de dauphin de la poule B. Toujours sur des scores assez étriqués mais sans jamais connaître la défaites et donc les affres du match d'appui, les Ours sont rentrés dans le top 4, ce qui ne leur était plus arrivé depuis fort longtemps.
 
Epinal : Somme toute Epinal est la seule équipe qui a su de bout en bout assumer son statut de leader. Premiers de sa poule en saison régulière, les vosgiens n'auront concéder aucune fausse note en play offs même si ses adversaires ont su proposer une courageuse résistance permettant aux scores de rester dans des limites raisonnables. Auraient-ils été jusqu'au titre ? La question restera à jamais sans réponse mais il est rare qu'une équipe promue soit si dominante dès sa première année. Ceci dit les performances d’Epinal n'ont bien sûr surpris personne. Equipe évoluant dans un club bien organisé, riche d'expérience et d'une réelle culture de hockey, soutenu par un public remarquable, tout naturellement elle a des atouts pour ambitionner l'accession au niveau supérieur, la D1 en l'occurrence, et dont on sait qu'il y a une place à prendre.
 


 
Nous en venons tout naturellement avec cette dernière équipe au sujet des accessions et descentes. On ne va dans un premier temps envisager que l'angle sportif.
Déjà cette saison, du fait des circonstances gelant le championnat, la FFHG a décidé de faire de même pour les rétrogradations. Donc en théorie la question ne se pose pas sauf ... si financièrement le club n'a pas respecté les conditions imposées par la fédération. Et là nous quittons le sportif pour rentrer dans l'administratif et nous savons comme les intersaisons peuvent être agitées.
 
Pour ce qui concerne une éventuelle promotion en D1, nous savons que, en toute logique, un club de D1 devrait monter afin de reconstituer une ligue Magnus à 12 équipes. Par conséquence si la aussi il ne devrait pas avoir de rétrogradation en D1, il va cependant bien compenser le départ de l'heureux élu en élite. Dans tous ces cas la montée se fera sur dossier et la solidité de ce dernier primera. Pour autant il faut bien mettre un ordre de préséance. En ce qui concerne donc la D2, ce sont d'abord les 4 demi-finalistes qui sont ''prioritaires''. Le championnat n'ayant pas été plus loin que les quarts et si on doit établir une hiérarchie entre ces 4 équipes concernées, il va bien falloir se baser sur la saison régulière. A savoir préséance d'abord à Epinal (1er de la poule A), puis Villard-de-Lans (2ème poule B) puis Roanne (5ème B) et Annecy (7ème poule B). Grand perdant, Morzine-Avoriaz, 1er poule B mais recalé au 2ème tour des play offs.
 
Les vosgiens font figures de favoris car l'équipe est solide mais le club s'est-il suffisamment remis de ses déboires d'il y a 2 saisons ? Ce sera aux instances de la FFHG d'en juger. Des 3 équipes suivantes nous ne sommes pas sûrs qu'elles aient bien appréhendé une montée dès cette saison mais cela doit s'agiter dans les différents bureaux de ces clubs car on ne peut écarter la non acceptation du dossier spinalien. Et si aucun de ces quatre candidats ne remplit les conditions, la FFHG proposera-t-elle l'accession à un club moins bien classée mais pouvant présenter de solides garanties comme peut-être Morzine ?
 
Enfin il ne sera pas simple non plus de désigner le candidat idéal de D3 pour compléter la D2. Si Reims est peut-être le club qui a le plus ambitionné une montée, la hiérarchie au stade de l'arrêt du championnat restait assez floue.
 
On peut même envisager d'autres complications avec des descentes en élite et en D1 pour non-respect financier comme cela est arrivé régulièrement ces dernières années. Vous comprendrez donc que l'on peut à nouveau s'attendre à une intersaison agitée et beaucoup de spéculations.

 


*** A ce jour le club de Chalons a annoncé officiellement  qu'il renoncait à participer au championnat de France de Division 2  cf. Communiqué
 


Photo hockey Division 2 - Division 2 - D2 - Retour sur une saison pas ordinaire



 
 
 
© 2020 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Ractions sur l'article
 
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte whlen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...