trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Hockey Mineur
Ecole de hockey de Savoie
 
J-C.Sozzi , directeur de l'cole de hockey nous en dit plus!
 
grenoble, Hockey Hebdo L.Lardire le 08/10/2009 19:25
ECOLE DE HOCKEY DE LA SAVOIE




A l’heure où la saison de hockey a repris depuis plus d’un mois, que ce soit pour les seniors comme pour les différentes catégories du hockey amateur, il convient de parler de la préparation que tout ce petit monde de sportifs effectue lors de l’été.

Photo hockey Hockey Mineur - Hockey Mineur - Ecole de hockey de Savoie
L.Lardire




Préparations diverses ; physique, tactique, technique ou encore spécifique gardien de but.
Pour ce qui est des seniors, beaucoup d’équipes laissent au préparateur physique, lorsque celui-ci fait partie de l’encadrement du club, le soin d’un programme adapté pour que les joueurs arrivent fin prêt en début de saison pour la reprise du championnat.
Mais qu’en est il pour le hockey mineur ?
On sait qu’il existe en France et en Suisse bon nombre de stages estivaux permettant aux jeunes hockeyeurs de peaufiner et  faire progresser leur jeu. Stage encadré bien souvent par des professionnels du sport et plus particulièrement du hockey, ce qui est somme toute normal. La durée varie selon certains endroits mais la plupart du temps le stage dure une bonne semaine.
Pour en savoir plus sur ce qui peut se passer lors de ses stages, nous avons rencontré fin Août, Mr Jean Claude Sozzi, directeur de l’école de hockey de la Savoie.
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Mr Sozzi, sachez qu’avant de transmettre son savoir en matière de hockey, il fut gardien de but pendant une bonne vingtaine d’années en première division. Evoluant à Grenoble, Gap et Tours, il fut champion de France en 1981 avec Grenoble. Il cumule également quinze années passées devant les filets de l’équipe de France. En 1982, il passe derrière le banc. Cadre technique national au sein de la fédération des sports de glace, il passe sept années à la tête de l’équipe de France juniors puis trois années avec Kjell Larsson (SUE) en tant assistant coach de l’équipe nationale seniors. Ne faisant plus partie des plans de la fédération, il est remercié.
Devenu prof de d’EPS au sein de l’éducation nationale, il découvre un monde fantastique ou il restera jusqu'à une retraite bien méritée.
Photo hockey Hockey Mineur - Hockey Mineur - Ecole de hockey de Savoie
L.Lardire
Jean Claude Sozzi








Le rendez vous pour l’entrevue est fixé dans la patinoire de Pralognan la Vanoise dans un cadre somptueux.

HH : Pourquoi des stages de hockey ?

JC.S : Je ne suis plus dans le monde du hockey depuis une bonne dizaine d’années, je commence tout juste à regarder les bleus depuis un ou deux ans. On m’a souvent sollicité pour faire des stages de hockey mais on ne me parlait que d’argent. Ce n’est pas ma philosophie.
Pour moi le hockey est une passion, et si vous faites les choses par intérêt, vous n’êtes pas capable de donner votre savoir.
Lorsque l’on m’a proposé de monter une école de hockey (j’ai repris la direction il y a peu), j’y ai mis mes conditions.
La première c’est que nous sommes une association 1901 créée il y a plus de dix ans, on n’est pas là pour se faire de l’argent sur le dos des joueurs et des parents, certes cela à un coût mais bien inférieur à beaucoup de stages.
Je ne voulais pas non plus d’école ou vous êtes plus de quarante sur la glace, où le suivi et la correction sont souvent occultés. Nous avons également un encadrement bien spécifique, on est un groupe de copains, on essaye d’être homogène même si quelque fois on se trompe sur les gens. Mais les gens qui nous déçoivent ne reviennent plus chez nous.
Cette année, la première semaine, on a cinquante enfants nés entre 1997 à 1992 repartis en trois groupes de niveau. Puis une petite vingtaine, nés entre 1997 et 2000 lors de la deuxième semaine. Sept encadrants pour gérer la glace et le hors glace.





Photo hockey Hockey Mineur - Hockey Mineur - Ecole de hockey de Savoie
L.Lardire
planning semaine de stage




HH : Qu’est ce qui est privilégié dans vos stages ?   
JC.S : Nous mettons l’accent sur la technique individuelle, nous n’avons pas la prétention d’avoir tout inventé, on fait les mêmes choses que dans d’autres stages mais nous mettons un point d’honneur à suivre pendant la semaine la progression et la correction de chaque stagiaire.
Les enfants sont là pour travailler, progresser, apprendre. C’est aussi pourquoi nous avons intégré depuis peu des stages de gardiens. On nous a également demandé un pré-stage (trois jours) gardien élite où il ne se fait que du spécifique gardien pendant trois à quatre heures par jours avec deux entraîneurs.
Ils arrivent ainsi plus à même de gérer diverses situations lors du stage. Pour faire encore comme on le souhaitait, j’ai également demandé à Romain Terpman (ancien gardien de Dijon et ancien adjoint de Mr Peythieu, pendant plusieurs années, pour la détection des U16 région PACA) lui aussi de m’épauler pour monter ce spécifique gardien. Car bien souvent dans les stages à la mode en ce moment on prefère mettre bien souvent l’accent sur une seule position, nous nous préférons leur donner beaucoup plus de techniques.
Pour être un bon gardien et puis en fonction de sa morphologie, il faut un mélange de toutes les techniques, que se soit papillon, hybride, debout …..,.
Le gardien fait chez nous entre quatre à cinq heures de glace par jour. On va dire que l’on est fou d’imposer cette charge mais c’est le temps qu’il faut pour assimiler toutes les techniques du gardien. Il y a des temps de repos, de la préparation spécifique gardien hors glace également, bref tout ce qu’un gardien doit savoir pour devenir plus performant.
Le joueur, lui fait entre trois et quatre heures de glace par jour, avec lui aussi de la préparation spécifique joueur.

HH : Une manière pour vous de redonner ce que le hockey vous a donné?

JCS : Bien écoute depuis que je fait ça c’est vrai, c’est une manière pour moi de continuer ma passion, je me fais plaisir sans être obliger de passer par le système fédéral qui ne me convient pas. Je m’aperçois que c’est un chien qui se mord la queue depuis cinquante ans, je ne vais pas me faire des amis mais c’est un constat récurrent du hockey français.


HH : Comment recrutez vous vos moniteurs ?

JC.S : Tous nos encadrants ont un brevet d’état, certains sont entraîneurs dans leurs clubs, je connais leurs compétences. Ce sont avant tout des éducateurs, Patrick Pommier, Olivier Girod, Aurèlie Carbonnel pour en citer trois ont cette faculté de donner leur savoir avec une autre approche, et pas seulement sur le hockey. C’est également très important pour la construction d’un enfant et d’un joueur.
On apprend aux jeunes que le hockey c’est du collectif, on leur apprend également à vivre ensemble pendant une semaine en respectant les différences, apprendre à être tolérant. Ce n’est pas toujours facile en début de stage mais à la fin du stage, pas un ne regrette d’être venu, c’est aussi notre récompense.

HH : Avez-vous constaté une disparité de niveau, technique, tactique, chez les stagiaires passant par votre école et quel est votre avis sur la détection des talents et futurs talents français et la formation en France ?

JC.S : Forcément, un enfant venant d’un club bien structuré, ayant plus d’heures d’entraînements sera plus évolué dans le hockey qu’un jeune venant d’un petit club ayant une ou deux heures de glace par semaine.
On s’aperçoit pourtant que le niveau des jeunes est meilleur qu’il y a quelques années.
Pour la détection, je suis mal placé pour en parler car j’ai été entraîneur national junior. Si je dis ce que je pense, on va dire que je suis un con, que j’ai la grosse tête, que je me prends au sérieux et si je suis faux cul, on va dire pareil. J’essaye de rester moi-même.

Lorsque j’ai pris l’équipe de France juniors, on avait trois ou quatre rassemblements par an. Lorsque je l’ai quitté, on avait environ 75 jours de rassemblements, eu trois ou quatre podiums, de bons résultats avec des sélections de jeunes de 18 ans ou cadets première année. 
Ensuite j’ai accepté de seconder K.Larsson en senior en 1992, peut-être pas la meilleure décision pour moi, pas par rapport à Kjell mais du fait que j’étais sans doute plus à même de gérer des juniors que des seniors.
Ensuite les cadres techniques n’ont plus eu la côte, on s’est fait virer par Mr J.Tamminen qui pensait que l’on n’était pas assez  motivés. Pour avoir la motivation il faut avoir  de la confiance envers vos cadres, ce qui n’était pas son cas.
Pourtant avec J.Tibbets qui était mon adjoint à cette période on avait fait du bon boulot. Avec les 90, on a été champion d’Europe, championnat qui est devenu maintenant championnat du monde.
Pour le championnat d’Europe on va chercher un gars dans la cage, ce que beaucoup ne voulaient pas, F.Lhenry, gardien des bleus (qui pour moi est le meilleur gardien français depuis vingt ans) qui est élu meilleur gardien du tournoi.
On avait mis en place la détection avec un suivi des autres joueurs également, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. On est allé chercher J-F.Bonnard qui n’était pas dans les sélections, quand on connaît sa carrière !
Un J-F.Marquet à Viry, venu un mois avant le championnat et qui est élu meilleur défenseur du tournoi!!

Cela peut paraître un peu prétentieux de ma part mais avec le système actuel, on serait passé à côté.

La détection, c’est efficace si le suivi concerne également d’autres joueurs. Qu’est ce qui empêche de prendre quatre voir cinq de plus dans une sélection?
A mon époque, on avait un système qui vaut ce qu’il vaut, mais on faisait un rassemblement avec les trente joueurs, un club me fournissait la glace, l’entraîneur de la catégorie entraînait, moi j’étais formateur, les parents amenaient les garçons, le stage était toujours plein, mais on m’a fait comprendre que ce n’était pas comme ça qu’il fallait faire. On m’a viré, alors je suis retourné dans l’éducation nationale.
C’est une chose qui ne se fait plus, par contre on paye des gens pour faire les détections et on prend toujours vingt cinq joueurs au mois de mai pour les emmener au mois de Mars sans s’occuper des autres. Celui qui éclot au mois de novembre, décembre ou janvier, il va forcement passer à la trappe. Et faire des selections à partir des benjamins  est tout bonnement inutile, on  catalogue déja des enfants qui n'ont pas encore atteint la plénitude de leur jeu, ni de leur croissance. Qui vous dit que dans ceux qui sont soi-disant moins bons, vous n'aurez pas de nouveau un Lhenry , un Bonnard ou même un Bozon? Rien. Comme je disais plus haut , le chien se mord la queue !!

HH : Un dernier mot ?

JC.S : Si vous venez dans notre école, sachez que l’on n’y vient pas pour faire le fanfaron. On y est strict, faut avoir à l’esprit que l’on vient pour progresser, travailler quatre, cinq heures par jour. C’est pas le club Med, mais c'est trés convivial. Vos parents mettent de l’argent dans votre stage, respectez cela. Nous n’essayons pas d’imposer notre façon de voir les choses mais plutôt une idée qui va faire son chemin avec le dialogue et les idées des autres. A partir là amusez vous tout en respectant vos entraîneurs, vos coéquipiers. Et merci à vous



 
 
© 2021 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
 
Ractions sur l'article
 
NewsHockey a critle 09/10/2009 19:54  
Un bonjour Jean-Claude. Il est vrai qu' on l'avait perdu de vue. Personnellement pas revu et entendu parler depuis l'aprs jeu d'Albertville mais Il n'a pas chang, toujours avec son franc parler. Dans son discours il y a une bonne part de vrit et pour sur cela ne va pas plaire certains mais les faits sont l, les ttes changent mais la politique est la mme depuis fort longtemps. Et pour sur le hockey franais n'en sortira pas vainqueur.
Ceci n'est que mon avis mais les vrais passionns d'antan le partage.
Je lui souhaite une bonne continuation dans son entreprise dsintresse.
@ bientt
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte whlen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...