trueanal.org
 
Accueil   Editorial   Liens   Stages et Tournois   Boutique   Petites annonces   Partenaires   Nos flash infos  fb  twitter   RSS
 
 
Hockey sur glace - Hockey Mineur : Compiègne (Les Lions)
Hockey sur glace - Compiègne, des bénévoles exceptionnels !
 
Itw de Dimitri Bogus, entraîneur général du club de Compiègne
 
, Hockey Hebdo Jean-Christophe Salomé le 07/07/2015 à 07:00
La saison 2014-15 n'a pas été de tout repos pour le club de Compiègne. Les travaux de rénovation de la patinoire ont connu de nombreuses difficultés, ce qui n'a pas été sans impact pour le club et ses licenciés.
Maintenant que la patinoire est terminée, le club reprend ses activités et reprend son recrutement.
Retour sur cette année compliquée et l'avenir avec Dimitri Bogus, l'entraîneur général du club.



Photo hockey Compiègne, des bénévoles exceptionnels ! - Hockey Mineur : Compiègne (Les Lions)
Suite aux travaux de la patinoire et aux multiples retards, le club de Compiègne a connu une année vraiment difficile, pouvez-vous nous dire ce qu’il s’est passé ?


C’était  une année vraiment difficile pour tout le club. Nous avons été privés de glace de septembre à mi-avril. J’essaie de ramener tout le monde à la patinoire, et c’est aussi difficile pour le directeur de la patinoire de faire revenir du monde aux séances publiques. Heureusement que l’on avait les bénévoles, les familles et les enfants qui sont restés.
Nous avons conservé des entraînements en gymnase avec du hockey-balle. Une fois par semaine, nous étions invités à participer aux entraînements d’Amiens le mardi pour les U13, le mercredi pour les U11 et le samedi pour les U9. Pour les plus grands, nous nous sommes associés avec Franconville, les séniors, eux, allaient  à Laon.
Cela représente beaucoup de kilomètres. En tant qu’entraîneur, j’ai passé plus de temps dans le minibus qu’à entraîner. Pour les familles, et notamment celles qui ont deux enfants qui jouent au hockey, il faut gérer les entraînements dans le gymnase, à l’extérieur et les enfants fatigués par les déplacements. Par exemple, le mardi avec les U13, les entraînements se terminaient à 20h30 et il restait 1h15 de route pour rentrer.

C'est pour cela que je souhaite remercier les clubs qui nous ont vraiment bien soutenus, on a besoin de cette solidarité entre clubs.

A Noël, il y avait un marché de Noël avec une petite patinoire, l’équivalent d’une demi-zone d’attaque. On a pu l’utiliser, on a quand même pu faire quelques entraînements à Compiègne, mais c’était assez folklorique. On était prêts à prendre de la glace n’importe où !


Comment se sont passés les travaux et quel était le planning ?

La mairie a investi 1.7 million d’euros, c’est un investissement énorme pour une ville comme Compiègne : tout le système de froid a été changé, ainsi que les balustrades et plexi. Les travaux ont commencé durant l'été 2014 et devaient s'achever à la Toussaint. On a eu un premier retard jusque novembre, puis un autre retard en décembre, à cause de fuite de liquide de refroidissement entre les deux dalles. L'entreprise (fautive) a trouvé une solution avec un produit qui devait réparer ces fuites, mais qui n’a jamais été utilisé en France auparavant. Après négociations avec la mairie, ils ont repris les travaux en janvier pour faire la réparation avec le produit. La patinoire a finalement rouvert le 18 avril dernier.


Comment avez-vous géré tous ces rebondissements ?

C’était épuisant pour tout le monde. Compiègne est une ville sportive, avec un très bon club de danse synchronisée qui est champion de France et qui a aussi été impacté. Les licenciés ont pris leur licence pour reprendre à la Toussaint. J’ai été embauché à temps plein pour repartir à la Toussaint, avec au final 6 mois de retard.


Avec tout ça, y a-t-il eu des découragements parmi les joueurs ?

Non, malgré toutes ces difficultés, les gens sont restés motivés. Avant d’arriver à Compiègne, j’ai entraîné 3 ans à Cergy. En province, il y a quand même une grosse différence avec la région parisienne : les gens sont motivés par le sport, ce n’est pas considéré comme un hobby. Tout le monde était très investi dans les déplacements, j’avais des parents qui venaient aux entraînements pour accompagner, je n’ai jamais été tout seul. Les bénévoles se sont vraiment arrachés.
Aucun enfant n’a abandonné, ils ont tous continué. Certains plus ou moins régulièrement parce que c’était compliqué avec l’école, mais le week-end j’avais tous les enfants. Et les résultats sont excellents, on a vu une belle progression des jeunes, on rivalise aujourd'hui avec nos adversaires, ceux qui ont eu une patinoire toute l'année.
On a fait du bon boulot, Alexandre et Hervé ont été excellents.


Et à titre personnel, as-tu été découragé ?

En fait, je n’étais pas tout seul, puisque Alexandre Delplanque était embauché à mi-temps. On a passé plus de la moitié d’année sans patinoire, et Alexandre a passé pas mal de temps en gymnase. Il faut aussi savoir que tous les deux avons été mis en chômage technique en janvier suite à un nouveau report, le club étant financièrement en difficulté. Forcément, ça fait réfléchir.  On pense à la fermeture du club, alors qu’historiquement il y a près de 200 licenciés. Compiègne fournit aussi des jeunes à Amiens depuis des années, on a des jeunes de qualité et aujourd'hui on doit essayer de s'aligner avec ces clubs on doit grimper les échelons et conserver nos jeunes le plus possible en leur offrant ce qu'ils trouvent à Amiens (temps de glace, nombre de matchs, rigueur des entraînements ...). C'est ça qui me motive.
Avec la nouvelle équipe dirigeante, on est très motivés pour développer le club, pour essayer de le reconstruire. On ressent un petit démarrage, je commence à voir revenir du monde à la patinoire, des enfants qui avaient arrêté à cause des travaux. On recrute enfant par enfant, ça prend du temps. 
La D4 pour son premier match (amical vs Argenteuil) a rempli la patinoire, sans aucune communication particulière (juste Facebook). Il y a un public pour le hockey à Compiègne !
Compiègne est une ville de hockey, c'est prometteur pour l'avenir.
Pour répondre à ta question, non je n'ai pas été découragé


Photo hockey Compiègne, des bénévoles exceptionnels ! - Hockey Mineur : Compiègne (Les Lions)
Avez-vous eu des aides financières ?


Oui, essentiellement de la part de la mairie de Compiègne, ce qui a permis d’équilibrer les finances du club... et maintenir le club en vie.
Le conseil général de l'Oise nous a également soutenus dans le cadre des remboursements des frais de transports (pour aller aux entraînements).
Nous avons fait des démarches auprès de la FFHG, Ligue de Hockey de Picardie et la Région Picardie, mais sans aide concrète de la part de ces derniers.


Quelle est la situation du club ?

Malgré une saison extrêmement difficile, le club a pu reprendre son activité et retrouver une activité normale en fin de saison, organiser deux tournois mineurs U9 et U13 qui ont été deux succès importants pour notre club.
 

Quels sont vos projets ?
Le projet principal est de recruter dans les catégories jeunes, et pouvoir engager une équipe dans toutes les catégories. L’année prochaine, on engage une équipe U15 à Compiègne. On va probablement engager une équipe Senior D4. On essaie de communiquer pour dire à tout le monde que le hockey est de retour à Compiègne, que ce soit au niveau des enfants, des adultes confirmés, ex-D3 ou loisirs-débutant. On a un projet sur 5 ans pour faire progresser le club au niveau des effectifs, stabiliser le club  et d’avoir une équipe Senior. C’est un peu le quotidien de tous les clubs, mais quand on enlève le recrutement de début d’année, et la patinoire...  c’est beaucoup plus compliqué.


Est-ce que les partenaires sont restés ?

Côté partenaires publics : oui, nous avons reçu des aides exceptionnelles de la part de la mairie de Compiègne ainsi que du Conseil général de l'Oise.
Côté partenaires privés : durant la période de fermeture, nous n'avons pas eu d'aide de sponsor et c'est normal : nous n'avions aucune visibilité à offrir. 
Mais en fin de saison, nous avons pu avoir le support de quelques partenaires privés du Crédit Lyonnais ou Nissan, dès que nous avons commencé à proposer des événements.
 

Photo hockey Compiègne, des bénévoles exceptionnels ! - Hockey Mineur : Compiègne (Les Lions)
Comment ressort-on d’une année comme ça ?


Déjà, en remerciant tous les bénévoles. Sans eux, le club n’existerait plus. Le club existe grâce aux gens qui s’en occupent, aux bénévoles, aux enfants qui aiment le hockey et qui y jouent. Sans eux, on aurait fermé depuis longtemps.

Finalement, une saison sans patinoire, tous les clubs peuvent le faire, même si nous l’avons fait avec beaucoup de difficultés. On a réussi à faire une saison de hockey sur glace sans patinoire. Pour moi, c’est énorme ! 
Dans l’année, j’ai parfois voulu baisser les bras. En tant qu'entraîneur, je n’ai presque pas entraîné les enfants sur la glace, j’ai eu du mal à développer mes entraînements, c’était du ludique et du maniement de balle.
Malgré tout ça, les enfants ont quand même progressé. Ils ont surtout travaillé les aspects techniques. C’est la motivation du groupe, des parents et des bénévoles qui aide les enfants à progresser. 
Malgré toutes nos difficultés, on va avoir une équipe U15 l’année prochaine (ce qui n'était pas le cas les années passées), c’est assez exceptionnel de faire grandir le club sans patinoire.  On ressort forcément grandi d'une telle situation, on relativise beaucoup les petits problèmes quotidiens, on prend encore plus de plaisir à être sur la glace... on veut plus la lâcher !!!!


Depuis que la patinoire est terminée, comment se passe la reprise ?

Bien, on arrive à avoir un bon niveau d'encadrement sur glace avec l'aide de bénévoles qui s'impliquent encore plus. Les enfants ont tous 3h d'entraînement par semaine, on a un quota horaire très intéressant. On a aussi un partenariat avec une école, les enfants de 6e et 5e ont 2h d'entraînement supplémentaires.
On a fait 2 tournois super intéressants, tout s'est très bien passé, tout le monde était ravi, j'en profite aussi pour remercier les bénévoles, les arbitres et les équipes qui sont venus, on a eu du beau jeu.

MERCI à tous les bénévoles du club, aux entraîneurs, aux arbitres, aux parents.
MERCI aux différents clubs qui nous ont soutenus et aidés

Et venez nombreux à la patinoire de Compiègne, on y joue au hockey !!!

 
 
© 2020 Hockeyhebdo.com - Reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation des auteurs.
 
Retour
 
Réactions sur l'article
 
red a écritle 08/07/2015 à 23:35  
Merci pour l'ITW.

Dimitri BOGUS ne joue pas en tant que joueur à Asnieres aussi? Il fait aussi entraineur général à Compiegne ?
 
Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

     

...Bitte wählen Sie Ihre Sprache... Choose your language in just one click... Choisissez votre langue, clic plus haut...